Cusco, part 3 : Trekking vers la Vallée Sacrée des Incas

De retour du Machu Picchu nous avons retrouvé Alan à l’hôtel, qui nous avait préparé un petit programme de trek sur 4 jours, en direction de la Vallée Sacrée et plus précisemment de Lamay, le village de son enfance. Cet itinéraire est pour le moins original. La plupart des touristes prennent la direction de Choquequirao, un site bien plus étendu que le Machu Picchu et qui surtout n’est accessible qu’à pied. Ce sont cependant 4 jours de marche, en altitude, sur un terrain assez difficile et je pense que nous n’aurions pas été physiquement à la hauteur. Nous avons donc prix l’option plus inédite, plus couleur locale et moins chère avec l’itinéraire d’Alan incluant site inca, village quechua et nuit dans sa famille. 🙂

Puisqu’il faut bien se reposer un peu, nous avions quand même pris une journée de battement qui nous a permis de visiter les derniers sites incas de la région : Tambo Machay, Puka Pukara, Kenko et Sacsayhuaman.
Nous avons mis en route le lendemain. De Puka Pukara, un peu plus haut que Cusco pour éviter de commencer directement par une montée interminable. Ce n’est pas pour ça que le début a été simple. L’altitude est déjà une difficulté. Le poids des sacs n’est qu’un petit plaisir en plus. Et on a quand même rencontré des montées ! La météo n’a pas toujours été de notre coté non plus. Le ciel s’est assez vite couvert et nous avons même eu le droit à quelques grêles (limite flocons de neige) au beau milieu du pique-nique ! Heureusement, tout cela s’est calmé ensuite. C’est qu’il en restait de la route à parcourir. Bieeeeen plus que prévu ! L’ami Alan et ses 4 poumons (comme la plupart des péruviens) nous a bien surestimés. Il a quand même hésité à un moment à raccourcir l’étape mais le but était quand même de pouvoir dormir dans les ruines d’un site inca, c’eut été dommage d’arrêter avant. Résultat, nous sommes arrivés la nuit quasiment tombée, après 8h de marche, 19kms et 700m de dénivelé positif. Tout ça à 3500m d’altitude… si on nous avait prévenu avant, je crois qu’on aurait pas signé !!!
La nuit dans le site inca d’Huchuyqosqo était malgré tout une expérience à vivre. Nous n’avons pas vu grand chose au soir bien entendu mais avons d’autant plus apprécié la surprise de sortir de la tente et de tomber sur un site méconnu, sans aucun touriste mais pour autant plein d’intérêt.

C’est donc après la visite guidée du site par Alan que nous avons repris la route, pour 3h de descente en direction de Lamay. Nous y avons été accueillis par la maman d’Alan, et toute sa famille d’ailleurs. Là encore, une sacrée expérience ! On est très loin d’Arequipa et des familles que nous connaissions jusque là. La maison est sommaire, les toilettes sont au milieu de l’enclos des poules, canards et moutons. Les cochons d’inde, eux, sont dans la cuisine. Enfin sauf ceux qui sont dans la pièce d’à côté qui leur est consacrée. Notre repas est prêt à notre arrivée, là dans le coin de la cuisine sur le petit feu de bois. Ils sont tous d’une gentillesse extrême.
Pour le repas du soir on nous propose de goûter le cochon d’inde fait maison justement. On peut aller se reposer, ils nous appelleront quand ils commenceront à les préparer, pour qu’on puisse observer … ou participer ! Oui, parce qu’on nous a proposé de tuer notre propre cochon d’inde. Nan, bah ça va aller hein ! 🙂 Nous nous sommes contentés de regarder et de filmer la mise à mort, le rituel des pétales, le « plumage » puis le rasage, le remplissage à l’aide d’herbes ou à l’inverse le vidage des intestins. Car rien ne se jette. Ca s’est confirmé lors du repas. Même si nous avons apprécié à juste titre le repas, il y avait certains trucs plus durs à avaler que d’autres. Comme la préparation à base des tripes, la peau, le gras… Hé bien la famille regroupée autour de notre table s’est fait une joie (le mot est faible) de partager nos restes… griffes y compris !!!

La vidéo de la préparation. AMES SENSIBLES, S’ABSTENIR !

Le lendemain, Alan commençant enfin à évaluer notre niveau physique et respiratoire, c’est en taxi que nous sommes montés au vrai petit lieu-dit de son enfance. On peut quand même comprendre qu’il ait eu du mal à admettre qu’on ne puisse le faire à pied puisque lui, étant petit, se faisait l’heure et demi de montée tout les soirs pour rentrer de l’école. Nous sommes montés pique-niquer au bord de la falaise avec une vue imprenable sur la Vallée Sacrée et le Rio Urubamba. Encore une fois cette impression d’être des privilégiés, au milieu de nulle part, coupés du monde… Et puis il faut dire que le guacamole préparé par notre guide-cuisto n’était par pour rien dans cette impression de bien-être ! 🙂 C’est qu’il est pas mauvais cuisinier Alan non plus.
De retour vers le village nous avons rencontrés un couple de vieux paysans qui récoltaient leur blé. La discussion n’était pas facile puisqu’il ne parlaient que Quechua mais nous sommes restés avec eux, à les observer, à les aider un peu aussi, tant bien que mal. Il étaient dans ce tout petit champ depuis 4 jours, à battre leur blé au pied avant de le faire passer au vent pour nettoyer les grains de leur enveloppes. Il devaient avoir préaparé à peine 150kgs. En 4 jours… Admiratifs devant tant de courage et d’abnégation nous nous sentions tout petits, complétement décalés de leur monde. Ils nous ont pourtant encore invité à partager leur repas. La vieille dame est partie chercher des pommes de terre. Alan a commencé à construire un four en terre dans lequel nous avons enflammé des branchages. Une fois la terre bien chaude nous avons introduit les pommes de terre avant d’écrouler le four pour laisser cuire. Tout ça au milieu du champ. 20 minutes de cuisson et nous voilà en train de partager des patates avec des paysans parlant Quechua, au beau milieu d’un champ qui n’avait certainement jamais vu de touriste. Notre maigre contribution aura été notre reste de guacamole. Ils nous en ont pourtant vivement remercié. Encore un moment inoubliable.
Nous avons passé la soirée avec la tante d’Alan, dans sa maison. Enfin sa cuisine, sa chambre, sa seule pièce quoi. La brave petite mamie y vivait sans électricité et seule, si on omet les 35 cochons d’inde (record battu) et le petit chat orphelin. Notre présence aura été l’occasion de lui faire partager notre repas, des spaghetti au thon, un peu de changement dans son quotidien de maïs et de pommes de terre de sa production.

Le dernier jour, enfin, nous nous sommes contentés d’une petite heure et demie de marche pour redescendre à Lamay. Un dernier repas chez la maman d’Allan, quelques courses à l’épicerie pour la remercier et nous voilà repartis en bus pour Cusco. Fatigués. Mais comblés.

Galerie complète des 4 jours

Le tracé des 4 jours, les 3/4 étant bouclés le jour 1 🙂 :

Rubrique Conseils aux Voyageurs :
Un seul conseil : Appelez Alan, il s’occupe de tout le reste ! (il faut juste que je retrouve son numéro… je le mets ici dès que possible)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *